Diversification des vins vendus aux enchères

Par Alexandre Abellan / Août 2017

Rural, le département d’Ardèche accueille annuellement 2 millions de touristes, venus visiter ses gorges, grottes, villages… et vignobles. - crédit photo : Association des Amis de la Vigne et du Vin

 

La première maison française de vente de vins aux enchères dresse le bilan du premier semestre de vente aux enchères, témoignant d'un développement soutenu.


En quatorze ventes aux enchères en ligne sur le premier semestre 2017, iDealwine a vendu 56 020 bouteilles de vin, pour un chiffre d'affaires de 6,1 millions d'euros TTC. Soit une croissance de 32 % par rapport au premier semestre 2016. La différence entre la mise à prix et l'adjudication varie. Elle dépasse très souvent les 10 %, et peut aller jusqu’à 870 % (dans le cas d'un flacon du domaine Overnoy, Arbois Pupillin 2010). Au final, le prix moyen du flacon vendu aux enchères s’élève à 133 euros.
En grande majorité, les lots vendus aux enchères sont composés de vins rouges (75 %), loin devant les blancs secs et liquoreux (21 %) et les effervescents (3 %). Les millésimes vont quant à eux de 1850 à 2016. 96 % des lots vendus proviennent des vignobles de l’Hexagone et la région la plus représentée reste sans surprise celle de Bordeaux (37 % des lots vendus), suivie de près par la bourgogne (31 %).
Si l’ordre des régions dans le classement reste sensiblement le même depuis de nombreuses années, la part des bordeaux continue de reculer. On observe une diversification croissante des régions représentées, et même, pour certaines, des adjudications record. C'est notamment le cas du Jura, qui enregistre de belles envolées de prix depuis fin 2016, même si cette région ne représente que 1,4 % des lots vendus sur le premier trimestre. On a également pu noter de belles adjudications dans des régions longtemps absentes des enchères, comme le Languedoc ou le Beaujolais.

Se démarquer grâce à un parcours de découverte oenotouristique ludique


Le « storytelling », ou l'art de raconter une histoire...

Les spécialistes du marketing du vin sont unanimes sur ce point. Pour vendre son produit, le vigneron doit désormais connaître et utiliser le concept du « storytelling ».


Décryptage : Le commerce de vin en ligne en 2016

Jean-Philippe Perrouty, directeur du cabinet d'études Wine Intelligence, decrypte pour Comment vendre mon vin le commerce de vin en ligne pour l'année 2016.


Inscrivez-vous à notre Newsletter