9 tendances pour les vins responsables

jeudi 1 mars 2018

Elisabeth Laville, fondatrice d'Utopies, un cabinet spécialisé dans l'accompagnement des entreprises dans leurs stratégies de responsabilité sociétales et environnementales. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi

 

1 Less is bad  

L’exigence se porte de plus en plus sur la transparence. La pression, notamment médiatique, pousse le secteur alimentaire à limiter ses impacts négatifs sur l’environnement. « Less is bad » correspond aux efforts environnementaux, dans une réaction plutôt défensive. En viticulture, il s’agit d'orienter les pratiques de protection du vignoble pour communiquer sur une viticulture respectueuse de l'environnement.

2 More is good

« More is good » correspond aux initiatives privées qui se posent comme objectif de transposer l’ensemble de l’offre en démarche responsable. C’est par exemple le cas des cafés Starbucks qui sont tous équitables. « Le consommateur ne choisit pas une démarche, simplement un café Starbucks » explique Elisabeth Laville.

3 Naturellement bon

Le discours positionne le produit sur un marché à égalité avec les vins conventionnels. La question de la qualité des produits, qui considérée comme inférieure en bio, devient dépassée.

4 Terroirs à 100 %

Elle correspond aux démarches collectives de territoire pour œuvrer de manière large à un changement des pratiques. Elisabeth Laville cite l’AOP des Baux-de-Provence qui a 85 % de sa zone en culture bio.

5 La solidarité sur l’étiquette

Il s’agit de démarches qui vise à aider les producteurs comme Wine and box qui reverse 7 euros à un producteur en difficulté pour l’achat de chaque Wine Box. Cette tendance pourrait être développée en reprenant le principe de solidarité Nord-Nord qui est développée par la marque de lait « C’est qui le patron ». Cette dernière garantit un prix juste pour le producteur et le consommateur. « C’est une approche que je n’ai pas encore observé dans le vin » souligne Elisabeth Laville.

6 L’oenotourisme

C’est un moyen de faire un storytelling autour d’une démarche responsable. Le domaine devient la vitrine des actions mises en place.

7 La rétro-innovation

Il s’agit de retrouver des pratiques ancestrales qui vont dans le sens d’une plus grande qualité. Le développement de la vinification en amphore en est un exemple.

8 Mainstream

La tendance correspond à l’engagement de la grande distribution dans la vente de produits responsables. « Ce n’est plus un micro-niche » constate Elisabeth Laville qui étaie ses propos en rappelant par exemple que 1 bouteille sur 5 de la foire au vin Monoprix était bio.

9 100 % profitable

« Il y a des possibilités infinies de s’engager » souligne Elisabeth Laville. Les vins responsables ne sont pas forcément uniquement le résultat d’une baisse de l’utilisation des intrants. Des actions autres peuvent être mises en avant comme la gestion de l’utilisation de l’énergie, de l’eau, des ressources humaines.

 

Comment aménager son caveau de vente pour optimiser ses ventes ?

Par Marion Sepeau Ivaldi / jeudi 1 mars 2018



Comment la norme RSE* peut-elle valoriser votre vin ?

Par Marion Sepeau Ivaldi / jeudi 1 mars 2018



Partagez cette page sur

Inscrivez-vous à notre Newsletter