90 ans : Les Collines du Bourdic lancent leur cuvée haut de gamme

mercredi 4 avril 2018

Secret de cave a été dévoilée à la presse le 29 mars à Nîmes. Son étiquette, vert et or, reprend les couleurs de la cave des Collines du Bourdic. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi

 

Ce 29 mars, les Collines du Bourdic ont dévoilé une nouvelle cuvée haut de gamme. Un lancement pour fêter leur 90ème millésime.

Créée en 1928, la coopérative des Collines du Bourdic fête cette année son 90ème millésime. Pour souligner l’évènement et poursuivre l’effort qualitatif engagé depuis des années et couronnées de nombreuses médailles, la coopérative a bichonné une cuvée haute gamme. Positionnée à 17 euros (prix départ caveau), Secret de cave est tiré à 6000 cols. « Elle changera chaque millésime car nous souhaitons que cette cuvée soit l’assemblage le plus harmonieux de ce qu’offre chaque millésime » a expliqué Gérard Bancillon, président de la Cave. Pour ce Pays d’Oc 2015, c’est le marselan et le cabernet sauvignon qui ont été choisis. Le choix du cabernet sauvignon est un clin d’œil à l’histoire de la cave : la première cuvée sortie en bouteille au début des années 1980 mettait en avant ce cépage. L’itinéraire technique de vinification intègre des macérations longues pour recherche un maximum d’extraction. La cuvée a été élevée en fût de chêne durant 18 mois et est conditionnée depuis six mois.

Un habillage tout en tradition

L’habillage de Secret de Cave reprend les couleurs de la cave coopérative : l’or et le vert. L’étiquette met en avant la date de la création de la cave, soulignant son ancrage historique et apportant une image d’ancrage traditionnelle à la cuvée. Cette image d’héritage du passé est également soulignée par la bouteille, une bordelaise réalisée sur un modèle datant du 18ème siècle.
Au côté de ce lancement, la coopérative poursuit ses projets économiques sur plusieurs sujets. La commercialisation d’abord. La cave veut porter la part de vins conditionnés à 20 % des volumes commercialisés d’ici trois ans. « Aujourd’hui 18 000 hl, soit 10 % des volumes sont commercialisés en conditionné. Ces volumes ramènent un million d’euros net à la coopérative. Cela correspond à 10 euros/hl de plus payé au producteur par rapport à un vin en vrac » souligne Gérard Bancillon.

Installer des jeunes
Second défi : l’installation des jeunes. Avec une moyenne d’âge de 49 ans, la population des adhérents est vieillissante, comme dans de nombreuses caves coopératives. Colline du Bourdic peut s’enorgueillir d’accueillir 10 nouveaux jeunes dans les prochaines années. Elle bénéficie d’une bonne image de « marque » qui conforte les banques, mieux disposées à accompagner les jeunes financièrement. Par ailleurs, « nous accompagnons les nouveaux installés tant sur le plan technique qu’administratif, ce qui sécurise leur entrée dans le métier » souligne Gérard Bancillon.
Enfin, la cave se structure pour développer son offre « environnementale ». Si pour l’instant, un seul viticulteur produit en bio ; quatre devraient le rejoindre prochainement. Et la cave fait tout pour susciter des vocations. Son conseil d'administration a voté en faveur d’une aide au revenu lors des trois ans de conversion. Cette aide qui permet un revenu au-delà du revenu moyen des adhérents de la cave (soit au-dessus de 5300 euros/ha), sera versée en contre-parti d’un engagement de cinq ans à produire bio.

Comment aménager son caveau de vente pour optimiser ses ventes ?

Par Marion Sepeau Ivaldi / mercredi 4 avril 2018



Comment la norme RSE* peut-elle valoriser votre vin ?

Par Marion Sepeau Ivaldi / mercredi 4 avril 2018



Partagez cette page sur

Inscrivez-vous à notre Newsletter