6 tendances graphiques des étiquettes de vin

mercredi 7 novembre 2018

 

Si l’univers graphique des étiquettes de vin reste traditionnel, certaines tendances se dégagent. Entre châteaux évoquant l’histoire et le développement d’outils numériques, l’étiquette est un terrain foisonnant pour la créativité.

1- La tradition pour sécuriser le consommateur
Quand on conçoit une étiquette de vin, la cible et son circuit de distribution sont deux clés décisives guidant la création graphique. Aujourd’hui, cinq vins sur dix sont vendus en grande distribution. Dans les linéaires froids et sans personne pour guider le choix des consommateurs, c’est l’étiquette (en dehors du prix) qui déterminera le choix du client. C’est pour cela que nombre d’acheteurs de grande distribution préfèrent les étiquettes traditionnelles, fleurant bon le terroir. Dessins de bâtisses et de châteaux, typographie en plein et délié, encre dorée… Ces codes graphiques restent dominants dans l’univers du vin pour souligner la tradition.

2- La modernité épurée
De plus en plus, les étiquettes épurées s’affichent sur les bouteilles. Objectif : clarifier l’information transmise au consommateur (un nom, une cuvée, un millésime) et se fondre dans une tendance plus large où le minimalisme rime avec élégance. Ces étiquettes ciblent autant les marchés de la grande distribution que les cavistes ; et sont souvent adoptées par des vins modernes, qui visent la création de valeur ajoutée. Elles s’autorisent un jeu graphique en utilisant plusieurs typographies tout en veillant à ce que l'association crée une harmonie. D’autres choisissent l’impression en relief, donnant de l’épaisseur au caractère et un rendu au touché agréable. Le choix de l’épuration rend presque obligatoire la présence d’une contre-étiquette pour présenter les éléments qui ne figurent pas sur la face de la bouteille.

3- Color pop
Une autre solution pour moderniser l’étiquette est de jouer sur la couleur. Finis le blanc, le noir, le doré et le rouge, place à l’affirmation d’une couleur dominante (voire de plusieurs). Au-delà du rendu plus joyeux et vivant, la couleur présente l’intérêt de mettre en avant le vin dans un linéaire. Au milieu des étiquettes ayant toutes des couleurs sobres et discrètes, ce choix affirmé casse la linéarité des gondoles. De quoi attirer l’œil du consommateur et susciter sa curiosité. Si le choix de miser sur la couleur peut être dans un premier temps pensé pour un vin plutôt moderne, il peut tout à fait se prêter à un vin qui cherche à transmettre des valeurs de tradition. Tout sera alors une question d’équilibre entre les différents éléments graphiques.

4- Les animaux
Les animaux sont une tendance de fond de l’étiquette de vin. La célèbre marque australienne « Yellow Tail » a été l’une des précurseurs en la matière, en utilisant le kangourou dès la fin des années 90. A l’époque, ce choix était extrêmement disruptif. Mais désormais, nombre de domaines et de marques font le choix d’un animal. Il a le mérite de pouvoir être mémorisé facilement par le consommateur et donc d’agir comme un facilitateur du ré-achat. Le consommateur peut avoir oublié le nom du domaine, il cherchera l’animal sur l’étiquette. En France, le Château la Levrette a bien entendu choisi d’apposer un lévrier sur son étiquette. Dans un style plus traditionnel, on peut également citer le Château Puech Haut et sa tête de bélier.

5- Evoquer le goût
De plus en plus d’étiquettes cherchent à évoquer le goût du vin. Elle cherche ainsi à matérialiser une promesse gustative évocatrice de plaisir. Elle déclenche une première sensation gustative chez le consommateur, apte à le faire saliver ou pas. En tout cas, elle facilite son choix en expliquant précisément l’arôme dominant. Ce type d’étiquette se retrouve le plus souvent sur des vins jeunes et fruités, qui visent un consommateur peu connaisseur. Mais, avec un peu d’imagination, les arômes tertiaires pourraient tout à fait être mis en scène.

6- Digitalisation
Petit à petit, les solutions digitales commencent à se développer dans le vin. La réalité augmentée a fait son apparition avec la marque australienne « 19 Crimes ». Sur ses étiquettes, figure le portrait d’exilés britanniques en Australie. En approchant son smartphone de l’étiquette, se déclenche sur l’écran du mobile des vidéos où chaque prisonnier raconte son histoire individuelle. De quoi créer une véritable émotion et initier une relation unique entre le consommateur et la marque.

 

 

[Vidéo] Comment développer ses ventes sur le marché chinois ?

Par / mercredi 7 novembre 2018



[Vidéo] Comment la norme RSE* peut-elle valoriser votre vin ?

Par / mercredi 7 novembre 2018



[Vidéo] Comment positionner ses vins sur le segment ultra-premium ?

Par / mercredi 7 novembre 2018



Partagez cette page sur

Inscrivez-vous à notre Newsletter