La lumière s'invite dans les packaging des vins & spiritueux

vendredi 5 octobre 2018

Etiquette électroluminescente proposée par la société Dapy, pour le champagne Perriet-Jouët - crédit photo : Dapyparis

 

Lors du salon Luxe Pack, qui s'est tenu à Monaco du lundi 1er au mercredi 3 octobre 2018, des exposants proposaient leurs dernières innovations en terme d'emballage lumineux, notamment celle de la lumière imprimée.

Après 7 ans de R&D, Inuru, start-up allemande, présentait ses solutions lumières réalisées à partir de la technologie « Oled » (voir encadré) imprimée dans du papier.

Les étiquettes produites sont souples et très fines. Les logos, marques, images, s'illuminent en pressant un bouton (« push sensor »). Mais selon son concepteur, Marcin Ratajczak, il serait également possible de les mettre en route simplement en bougeant l'objet (« mouvement sensor ») ou encore en fonction de la lumière (« light sensor »).

Toutes les couleurs sont possibles ; les batterie et circuit électrique sont invisibles.

Celui-ci promet par ailleurs, pour 2019, le lancement d'étiquettes ou emballages avec images animées: une révolution pour le marketing produit.

vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=9p-lzZAGdRk

L'entreprise Saralon a de son côté développé trois concepts: « Saral Light », dont les Led sont fixés directement sur le carton d'emballage ou l'étiquette ; sur une boite, l'alimentation se fait grâce à une batterie mince imprimée, qui se déclenche lors de l'ouverture de la boite ou grâce à un capteur qui s'active au passage du doigt. Pour l'étiquette, l'allumage se fait grâce à un petit interrupteur situé sous la bouteille.

« Saral Illu », un système d'affichage lumineux imprimé sur carton ou sur étiquette. Dans ce cas, il est alimenté par un circuit électrique et actionné par un interrupteur caché sous la bouteille. Pour les deux types d'emballages, un système sans fil a aussi été décliné : les motifs s'allument dès lors que la boite ou la bouteille est posée sur un « podium », qui alimente à distance l'affichage.

Plus récemment l'entreprise a lancé « Saral Oled », pour des animations directement sur l'emballage et qui se déclenche comme le précédent. Elle utilise la technologie d'impression Oled*. L'objectif : « attirer l'oeil dans les points de vente et favoriser l'interaction avec le consommateur ».

L'entreprise Dapy propose elle-aussi plusieurs produits : une nouvelle étiquette lumineuse brevetée, plus fine que la précédente, de 2,9 mm d'épaisseur et fonctionnant avec des micro-leds. L'alimentation est intégrée directement dans l'étiquette. Elle s'allume et s'éteint au moyen d'un bouton pression dissimulé dans l'étiquette. Son autonomie serait de 5 h et, contrairement aux étiquettes Oled, elle serait étanche, donc adaptée aux bouteilles de champagne et rosés.

Pour décorer des bouteilles de champagne sur des surfaces plus grandes, la société conçoit des étiquettes électroluminescentes, fabriquées à partir de poudre imprimée conductrice, dont la lumière est plus homogène qu'avec les leds. Mais elle est aussi plus coûteuse. La batterie est dissimulée dans le fond creux de la bouteille.

Elle commercialise également des petits "pad" lumineux, « M-light », à positionner et repositionner sous les bouteilles grâce à un sticker.

Constitués de 5 leds, ils permettent de diffuser de la lumière et d'en éclairer le contenu. Ils sont étanches donc adaptés aux seaux à glace et s'allument grâce à un petit bouton pression.

Leur autonomie est de 5 heures et sont vendus au prix de 2$ pièce environ.

Eurostampa présentait sur le salon son étiquette réalisée pour le champagne Moët & Chandon. Celle-ci est réfléchissante grâce à un vernis spécial : les rayures sur l'étiquette renvoient la lumière la nuit.

Elle permet notamment de bien faire ressortir la bouteille sur les photos, grâce au flash des appareils. Elle a été primée lors du Pack & Spirit en avril 2018, à Reims.

Toujours dans cet esprit d'être visible la nuit, Doogood a conçu pour le champagne Dom Pérignon un nouveau « Parade shield » connecté, un nouveau « rituel de service » des bouteilles pour les boites de nuits.

Des messages lumineux défilent sur les côtés, que le serveur peut changer grâce à une application sur smartphone. Deux couleurs ont été déclinées, vert ou rose, selon la couleur du champagne servi. Deux formats peuvent être pris en charge, 0,75 L ou magnum.

Pour être encore plus remarqués, Dom Pérignon coiffe les serveurs, depuis fin 2017, d'un casque lumineux lors du service d'une de leur bouteille.

La nuit, seules les bandes vertes lumineuses et la marque du champagne, au dos du casque, ressortent. Effet garanti.

 

[Vidéo] Comment positionner ses vins sur le segment ultra-premium ?

Par Juliette Cassagnes / vendredi 5 octobre 2018



[Vidéo] Comment la norme RSE* peut-elle valoriser votre vin ?

Par Juliette Cassagnes / vendredi 5 octobre 2018



Comment aménager son caveau de vente pour optimiser ses ventes ?

Par Juliette Cassagnes / vendredi 5 octobre 2018



Partagez cette page sur

Inscrivez-vous à notre Newsletter