La stratégie des sélections parcellaires de la cave de Tain

lundi 18 mars 2019

Coteaux de l'hermitage - Cave de Tain

 

Spécialiste de la syrah, la cave de Tain (qui vinifie 50 % des crus septentrionaux de la Vallée du Rhône) s’impose désormais comme l’une des coopératives expertes dans la maîtrise de la production de « sélections parcellaires ».

Ces sélections s’inscrivent ainsi dans une tendance de fond du vin qui a débuté dans les années 2000 : produire des vins dont les parcelles sont identifiées. Objectif : valoriser le terroir et surtout l’image de la coopérative en adoptant une démarche qui s’apparente à de l’orfèvrerie. Les caves coopératives souffrent en effet d’un déficit de notoriété de leurs vins, souvent perçus comme des produits d’entrée de gamme. La collection « sélections parcellaires » répond à un objectif de valorisation forte de l’image de la coopérative, ce qui (sans doute) a permis qu’elle soit désignée cave coopérative de l’année par la RVF en 2015. De quoi faire croître la valeur de la marque de la cave de Tain.
Concrètement, le travail vise à sélectionner les parcelles qui expriment au mieux le millésime des cinq appellations produites par la coopérative : Saint Péray, Saint Joseph, Hermitage, Crozes Hermitage et Cornas. Grâce à ses vignerons adhérents, la cave a accès à une très grande diversité de terroir permettant de sélectionner les parcelles. La coopérative prend soin de choisir le moment de mise sur le marché des vins pour qu’ils soient prêts à être consommés. Ce qui suppose de savoir freiner les ventes même si la demande est pressante. Cette année, elle a ainsi lancé lors de Wine Paris 8 nouvelles cuvées pour sa collection : quatre blancs (millésime 2017 et 2015) et quatre rouges (millésime 2015).
Pour réaliser ce travail de précision, la cave coopérative a investi, en 2014, 10 millions d'euros pour adapter son chai à ce programme. Elle s’est notamment équipée de cuves béton de petite contenance permettant une vinification à la parcelle avec un système de transport de la vendange vers les cuves par wagonnet. Le parc à barrique a également été étendu de manière à accueillir les sélections. Elle dispose également d’une connaissance parfaite de ses terroirs grâce à un travail de cartographie GPS de son vignoble réalisé en 2007.

 

 

[Vidéo] Développer sa clientèle export grâce aux salons

Par / lundi 18 mars 2019



[Vidéo] 3 étapes clés pour réussir sa stratégie export

Par / lundi 18 mars 2019



[Vidéo] Développer sa prospection et ses ventes grâce à l'oenotourisme

Par / lundi 18 mars 2019



Partagez cette page sur

Inscrivez-vous à notre Newsletter