Les derniers emballages connectés présentés au Luxe Pack

mercredi 24 octobre 2018

Le papier PowerCoat Alive comprend 3 couches de papier : deux couches de papiers créatifs conventionnels, entre lesquelles s’intercale une couche de notre papier PowerCoat à circuit RFID pré-imprimé  - crédit photo : Arjowiggins

 

Les puces NFC se glissent peu à peu dans les différentes parties des emballages, toujours dans l'esprit de se rapprocher des consommateurs et d'assurer l'authenticité et la traçabilité des produits. Tour d'horizon des dernières nouveautés présentées au Luxe Pack, à Monaco.

Certaines entreprises tentent le recours à cette technologie tout en recherchant l'aspect « green ». C'est le cas du papetier Arjowiggins, qui présente un papier « intelligent », « Powercoat alive », qui contient une puce NFC « verte » : une couche de papier à circuit RFID* pré-imprimé, dans laquelle une puce de silicium est insérée, a été glissée entre deux couches de papiers.

La puce est fabriquée sans métal ni plastique, mais avec de l'encre conductrice, donc plus adaptée au recyclage. La puce est invisible et peut être contenue dans une étiquette papier.

Les bouchages Delage proposent de leur côté un bouchon pour spiritueux connecté « Primo connect », fabriqué de façon industrielle. Les bouchons contiennent dans leur tête une puce NFC invisible du consommateur, et le design du bouchon reste inchangé. Les lignes d'embouteillage doivent cependant intégrer un système de lecteur/enregistreur des bouteilles.

L'offre est déclinée sous toutes les formes, « qu'il soit destiné à une bouteille traditionnelle ou à une carafe traditionnelle ». Chaque puce porte un identifiant unique et peut donc servir de dispositif d'authentification.

Seram a fait appel à la start-up française Yes-it-is pour intégrer une production à façon de puces NFC adaptée à toutes sortes d'objets (bouchons, étiquettes, sleeves, boites, sacs etc) et de matières de décoration, comme les étiquettes textiles. « Nous simplifions l'utilisation de cette technologie par les industriels en proposant des matériaux dans lesquels elle est déjà intégrée », explique Christelle Lavaure, directrice développement.

Satab, lance une nouvelle offre de rubans connectés, « e-NF », et notamment des e-rubans conducteurs, qui permettent de transmettre de l'information : l’emballage cadeau devient porteur de message en se connectant alors à un smartphone. Ce type de rubans peut aussi conduire l’énergie et intégrer par exemple des leds ou des capteurs de mouvement.

Ces nouveaux "e-rubans" ont fait l'objet de 4 dépôts de brevets.

MPP (my planet packaging) propose un système de détection de l'emballage sur écran capacitif: tablette ou table interactive. En le posant sur ce type de support, celui-ci est reconnu en temps réel, de même que sa position et sa rotation. Une technologie qui peut être utile lors d'une démonstration en salon, pour décrire un contenu, déclencher une vidéo explicative, etc. Les informations d’utilisations peuvent aussi être envoyées afin de connaitre les usages précis des clients (nombre d’objets utilisés, géolocalisation…).

Dans un autre registre, celui des emballages « éco-responsables », l'entreprise Billerudkorsnas lance prochainement une nouvelle coiffe en papier « Fibreform cap » pour bouteilles de champagne, qui remplace celle traditionnelle en aluminium.

Le matériau, constitué de fibres vierges et biosourcé, est déformable, résiste à l'humidité, durable, 100% recyclable et 100% biodégradable. Elle a été nominée au concours du salon « in green » et est encore en cours de développement.

[Vidéo] Comment développer ses ventes sur le marché chinois ?

Par Juliette Cassagnes / mercredi 24 octobre 2018



[Vidéo] Comment la norme RSE* peut-elle valoriser votre vin ?

Par Juliette Cassagnes / mercredi 24 octobre 2018



[Vidéo] Comment positionner ses vins sur le segment ultra-premium ?

Par Juliette Cassagnes / mercredi 24 octobre 2018



Partagez cette page sur

Inscrivez-vous à notre Newsletter