Mettre en pratique la viticulture de précision

mardi 25 juin 2019

 

Les vins rouges font face à une pertes de parts de marché. Comment segmenter leur marché pour mieux les commercialiser ? Pour Gérard Bertrand, la clé est dans la précision de la viticulture en adéquation avec les différentes catégories de vin.

« Diversification des qualités et segmentation des vins rouges languedociens » était le thème d’une matinée de conférences techniques et économiques organisée le 24 juin au Théâtre de Narbonne, en partenariat avec le CIVL, l'IGP Vins de Pays d'Oc, l'IFV et l'ICV. La production des vins rouges en secteur méditerranéen s’est beaucoup transformée au cours des 50 dernières années, mais doit aujourd'hui faire face à de nouveaux enjeux. Aujourd’hui, de profondes évolutions de l’environnement de production remettent, partiellement, en cause les solutions techniques et réglementaires qui ont accompagné ce développement. Il s’agit, bien sûr, de l’évolution climatique, mais aussi et surtout de l’évolution de la consommation qui s’est fortement mondialisée et dont les règles ont beaucoup changé. Ainsi, face à de nouvelles opportunités de marché, la structuration de l’offre doit être repensée et adaptée.

Sept catégories

Cette matinée proposait une analyse de ces changements et une réflexion sur les solutions techniques, commerciales et réglementaires applicables, ainsi que sur les axes de recherche devant impérativement les accompagner. Plusieurs intervenants ont successivement pris la parole. Parmi eux, Gérard Bertrand, chef d’entreprise, vigneron et propriétaire du Château L’Hospitalet, dans le massif de la Clape. Celui qui fut également joueur de rugby, sélectionné dans le XV de France, est devenu au fil des ans un viticulteur averti et visionnaire. Il a évoqué la hiérarchisation, la segmentation, les techniques culturales et de vinification. Le vigneron audois a présenté sept catégories : basic, popular, popular prenium, prenium, super prenium, ultra prenium, icône, chacune d’elle étant destinée à un marché identifié et déterminé. Pour le vigneron audois, il est important de disposer des outils nécessaires pour répondre à l’évolution du comportement des acheteurs.

Développer le goût du cépage

Afin de coller au mieux aux attentes des consommateurs et dans un esprit d’anticipation, Gérard Bertrand pense que tout se décide à la plantation. « Il faut analyser les sols et ensuite savoir quels cépages on veut planter. On est dans une viticulture de précision » et de poursuivre : « Il faut donner de l’expression à nos vins, développer le goût du cépage et le goût du terroir ». Sa vision à l’international est claire : « L’avenir est à l’export. Il faut se donner les moyens de mettre en place une stratégie de conquête. Il faut muscler les budgets. Il faut aller plus loin ». Le potentiel des marchés, leur approche quantitative, les circuits de distribution, la structure de l’offre, la mise en place d’un outil de partage des données avec une mutualisation de moyens mais aussi les évolutions des tendances de marchés pour saisir les opportunités de différenciation, l’identification de la qualité et de la maturité pour la définition des styles de vins, le rôle du bois en œnologie dans la hiérarchisation des gammes, l’agro-œnologie : nouvelle approche du sol au vin... ont également été abordés. Autant de pistes pour réussir la segmentation du marché des vins rouges.

 

[Vidéo] Développer sa clientèle export grâce aux salons

Par Robert Fages / mardi 25 juin 2019



[Vidéo] 3 étapes clés pour réussir sa stratégie export

Par Robert Fages / mardi 25 juin 2019



[Vidéo] Développer sa prospection et ses ventes grâce à l'oenotourisme

Par Robert Fages / mardi 25 juin 2019



Partagez cette page sur

Inscrivez-vous à notre Newsletter