Provence : vendre des rosés en hiver, c’est possible !

mercredi 7 mars 2018

Photo : Maîtres Vignerons de la Presqu’île de Saint-Tropez

 

L’image provençale des grillons chantants et des terrasses ensoleillées n’empêche pas les vins rosés de sortir leur consommation du tout-estival. « La consommation de rosés reste très saisonnière. Dès que les beaux jours arrivent, on peut savoir quels volumes on va vendre en regardant les courbes de températures » analyse Stéphanie Cottreau, la responsable marketing des Maîtres Vignerons de la Presqu’île de Saint-Tropez (regroupant neuf domaines pour 3,5 millions de cols commercialisés chaque année). « Mais depuis quelques années, le rosé s’inscrit de manière plus en plus prononcée dans l’année. On voit de plus en plus de bouteilles ouvertes à l’apéritif en hiver » souligne l’experte, qui observe avec le développement de la consommation sur les stations de ski.
Pour glisser sur cette tendance, le groupement de vignerons a lancé en 2011 la cuvée Grain de Glace : « un rosé positionné pour l’hiver, en disant aux consommateurs qu’il est fait pour être consommé sans tabou » précise Stéphanie Cottreau. Bénéficiant d’une dérogation pour mettre en bouteilles son dernier millésime dès novembre, les Vignerons de Saint-Tropez commercialisent leurs bouteilles dès le premier décembre dans un réseau de cavistes et de restaurateurs. Poussant le concept jusqu’au bout, cette cuvée hivernale est retirée des ventes au premier avril de l’année suivante.

Avec un positionnement de 9,5 euros la bouteille, ces bouteilles sérigraphiées bénéficient chaque année d’un changement de look, avec un animal symbole (ours, cerf, pingouin, lapin, loup…). « Le rosé est un vin que se prête à la consommation plaisir et sans prise de tête, il ne faut pas l’enfermer dans des clichés » souligne Stéphanie Cottreau. Qui se rappelle que la cuvée Grain de Glace était partie de 20 000 cols, pour atteindre 140 000 cols en 2017. « Il s’agit encore d’une phase de croissance, nous n’avons pas atteint le plateau. Chaque année nous recrutons de nouveaux clients. Et même ceux qui sont initialement réfractaires, qui n’y croient pas, reviennent » se réjouit l’experte. Qui précise que ce concept a été encadré juridiquement, pour en garder la primeur.

 

Comment aménager son caveau de vente pour optimiser ses ventes ?

Par / mercredi 7 mars 2018



Comment la norme RSE* peut-elle valoriser votre vin ?

Par / mercredi 7 mars 2018



Partagez cette page sur

Inscrivez-vous à notre Newsletter